Du théâtre à la chorégraphie

En parallèle de son travail de metteur en scène, Pierre-Benoît Duchez ouvre en 2021-2022 un projet de spectacle chorégraphique intitulé Fuir, attendre, vivre.

Après sa rencontre au plateau avec les danseuses Marianne Masson et Cassandre Muñoz lors de la seconde édition de son stage sur l'écriture scénique autofictionnelle, Pierre-Benoît Duchez a proposé aux deux artistes de développer un moment de danse, à la frontière avec le théâtre, en forme d'étude de la scène 3 de l'acte I de Phèdre

S'appuyant notamment sur l'essai de Roland Barthes Sur Racine (1963), il s'agit d'explorer, par le corps et par la voix, la relation entre la figure tragique éponyme et celle, indissociable, de sa suivante.

Voir la page : > ici <

L'équipe

Cassandre photo buste

Cassandre Muñoz travaille actuellement en tant qu’interprète sur les créations de Volmir Cordeiro (Abri-2023), Emmanuel Eggermont (All over Nympheas-2022), Youness Aboulakoul (Ayta-2023) et du Collectif Zone Libre (Une partie enlevée-2022). Elle participera aussi à l’excursion chorégraphique que proposera Julie Desprairies en juin 2022 au Manège de Reims.

Enfant, elle se forme auprès de Patricia Ferrara qui l’introduit à l’ici et maintenant d’un corps-paysage. Depuis sa formation au CDCN Toulouse La Place de la Danse (2012-2014), elle développe une pratique corps/souffle/voix en négociation permanente entre expérimentation et représentation auprès de David Wampach, Anne Rebeschini, Yair Barelli, Pierre-Benoît Duchez, Nathalie Broizat, Anatoli Vlassov, Jean-Marc Matos.

En parallèle, elle est à l’initiative du collectif Volubile spécialisé dans la performance In Situ (2009-2014) et co-fondatrice de la compagnie So Far dont la pièce Personne (2023) est accueillie en résidence à Nantes (cie Non Nova / Phia Ménard) et à Marseille (Dans les Parages/ Christophe Haleb). En 2016, elle reprend des études universitaires à Paris 8 pour apporter une dimension théorique à ma démarche. Celle-ci s’articule autour de questions de polysémie de langage, de geste et de perception. Elle y entame un terrain sociologique au sein du cabaret queer Madame Arthur à Pigalle. 

Depuis 2019, elle performe en collaboration avec les artistes visuels Native Maqari (Almajir), Lisa Boostani (The Well Cosmos) ou encore Felipe Vasquez (Coda) sur des formats longs, notamment au Centre Pompidou.

2 moon child studio isabelle nadal

Dès 19 ans, Marianne Masson obtient ses 2 EAT puis le Diplôme d’Études Chorégraphiques Supérieures au Centre de Danse James Carlès. Parallèlement à ses études, elle se forme pendant 10 ans au  jeu  d’acteur  auprès  des  metteurs  en  scène  du  Nouveau  Théâtre  Jules-Julien  de Toulouse.  Chorégraphe,  interprète,  assistante,  regard  extérieur,  Marianne  traverse  des matières éclectiques allant de la danse contemporaine au théâtre, en passant par l’improvisation et les arts numériques. Elle s’inspire des différentes cultures traversées au gré des tournées, des échanges avec les artistes rencontrés et de ce qu’elle observe du monde qui l’entoure. 

À l’image de ses expériences, ses créations personnelles explorent l’humain dans toute sa multiplicité et entrent en résonance avec son parcours danse/théâtre. En tant qu’interprète dans de nombreuses compagnies, Marianne Masson a tourné en Asie, en Amérique Latine, en Afrique, en Europe ; a participé à 2 projets Européens d’envergures avec la Cie K. Danse : Metabody et Wholodance ; a beaucoup travaillé en Espagne et a été résidente sélectionnée par la Bogliasco Foundation (Gênes – Italie). Elle est ou a été interprète pour : le Théâtre Réel, Son’Icône Danse (Nantes), K. Danse, Emmanuel Grivet, Erre que Erre Danza (Barcelone), STOCOS (Madrid), les Âmes Fauves, la Tide Company et la Compagnie ACMé.